N.B. le document ci-dessous est reproduit tel qu’écrit.

Deux noyades bien mystérieuses

grandquai-pubnico

À Pubnico, ce quai était connu sous le nom «Le grand quai». La première section, jusqu’à une petite île, fut bâtie de terre en 1885-6. La deuxième section fut construite en bois l’année suivante, pour une longueur totale de 666 pieds, ou 203 mètres. La partie en bois fut démolie par l’ouragan Edna en 1955; le vent du sud-est jeta les débris à la côte. On finit par démolir le quai presque complèment, en coupant les poteaux. Ce fut au cours des années de sa construction que fut érigée, proche de la côte, à peu près deux cent mètres au sud, une grande construction, qui prit le nom de Credo; lorsqu’on était en train de la construire, quelqu’un fit la remarque qu’il serait aussi grand que le «Credo du prêtre», faisant allusion à un «Credo» qui se chantait en parties à l’église; le nom lui est toujours resté. Construit par les LeBlanc, acheté par M. Shan, 1902. Démoli au cours des années 1970-1973.
Extrait de Histoire civile de Pubnico-Ouest écrit par Père Clarence J. d’Entremont (p. 59).

Le 20 février 1895, deux jeunes hommes du village de Pubnico-Ouest, Anselme T. d’Entremont et son beau-frère Jean Elizée d’Entremont, décidèrent d’aller faire la chasse au canard dans le havre, avec un canot qu’on appelait dans ce temps un «gunboat». Depuis ce jour personne n’a jamais entendu parler d’eux.

On a reconstitué toutes sortes de situations pour essayer d’expliquer comment deux hommes, habitués à la mer, auraient pu ainsi disparaître si mystérieusement, mais nulle des conjectures ne semble faire aucun sens. L’on sait, par exemple, qu’il neigeait et qu’il ventait un peu ce jour-là. Le canot aurait donc pu chavirer, laissant les chasseurs sans secours, ou bien encore les deux jeunes hommes auraient pu perdre leur sens de direction et se faire emporter avec le courant hors du havre, à la grand’mer. Ce qui est le plus étrange après tout, c’est que le canot même a jamais été retrouvé.

Lorsqu’on apprit que les deux hommes tardaient à s’en revenir, on se mit à leur recherche, mais on ne put rien trouver.

La jeune Hélèna (Lena) d'Entremont.

La jeune Hélèna (Lena) d’Entremont.

Anselme d’Entremont, mieux connu sous le nom de Sam, était fils de Jarvais d’Entremont et avait épousé Emeline d’Entremont, fille de Guillaume à Simon d’Entremont, du centre du village. Il avait alors 25 ans. Outre son épouse, il laissait un enfant d’un an et demi, une petite fille. Cette enfant était Hélèna (Lena) qui fut élevée par son grand-père Jarvais chez qui elle demeura jusqu’à son mariage avec Vincent à Michel d’Eon.

Le compagnon d’Anselme, Jean Elizée, était le seul fils de Guillaume d’Entremont. Il avait à peu près le même âge que son compagnon. Emeline avait donc perdu son mari et son seul frère le même jour.

Quant à Jarvais, c’était la deuxième noyade de la famille. Un autre fils, qui s’appelait Georges, s’était noyé auparavant au «grand quai» alors qu’il déchargeait du poisson hors d’une dory avec son oncle Antoine d’Entremont. Son corps fut retrouvé. Cet accident arriva le 27 février 1891.

Dons
SQL requests:349. Generation time:0.741 sec. Memory consumption:55.79 mb